Hameau très modeste, Lyponne est néanmoins quelque peu mystérieux pour ce qui est de son histoire et de celle de son nom. La tradition, rapportée par Joseph Bancel, dit que, dans des temps immémoriaux, le Ternay ne coulait pas dans la direction de St Marcel-lès-Annonay, mais passait par Lyponne jusqu’à ce qu’un cataclysme, dont on ne sait rien, le détourne.
En compensation et dédommagement, les habitants de Lyponne obtinrent la jouissance d’un canal d’irrigation avec une prise d’eau sur le Ternay. Mais à la fin du 18ème siècle, des habitants d’Annonay et des environs, menés par les Montgolfier, qui avaient évidemment besoin d’un maximum d’eau pour leurs activités industrielles, intentèrent vainement de nombreux procès afin de mettre fin à ce qu’ils estimaient être la survivance d’un privilège féodal. Mais preuve que la tradition, qui n’est pourtant étayée par aucun document ni vestige matériel, était vivace et forte, les habitants de Lyponne eurent définitivement gain de cause après plusieurs décennies de procédure et conservent aujourd’hui encore ce droit.
Quant au nom du hameau, son origine est obscure. Certains partent du latin lipus (lipa en occitan) c’est-à-dire matière gluante ou de limus qui a donné limon. Cette hypothèse est a priori séduisante, d’autant que les anciens rapportaient que la grange de l’ex-première ferme du hameau est en grande partie construite sur pilotis, les maçons ayant vu soudainement le rocher leur devenir inaccessible pour bâtir les fondations. Et en effet le creux qui va jusqu’au ruisseau le Pontin a un sol fait d’argile grise et glissante. Mais il y a un hic…
Si on suit le cours du Pontin(*), on arrive quelques kms plus bas, au hameau de Limonne, aux environs duquel plusieurs ruisseaux se joignent au nôtre pour former le Limony, qui va se jeter dans le Rhône après avoir traversé le village de Limony. Or le Limony coule dans une vallée étroite, rocheuse, couverte de broussailles et de vignes (entre Charnas et Limony). Le Limony reçoit même un minuscule affluent le Liponnet, nom d’un lieu-dit où est établie une belle exploitation viticole qui n’affectionne guère les terres grasses et humides. Sur le panneau d’information, place de la mairie, on peut lire que Limony vient du latin pagus luminis (pays de la lumière). De nombreux objets antiques liés au culte d’Appolon ont été trouvés lors de fouilles. Or Lyponne est situé dans un creux où le soleil se lève assez tard, surtout en hiver…
Pour ajouter encore à la confusion, certains affirment que Limonne, Limony viennent comme Limonest dans le Rhône, du mot gaulois limo désignant l’orme. Le nom de famille Limone ou Limonne est fréquent dans le secteur (voir les tombes à Lupé) mais l’arbre n’est pas très abondant ici. Mais il y a très longtemps ?
De plus aucune règle phonétique n’explique le passage du m au p. Mais peut-être que la proximité géographique et phonétique a permis des mutations dans les noms ? Dans l’état actuel des recherches, il est sûrement plus sage de ne pas trancher  et de vous laisser libres de choisir et peut-être de résoudre le problème…

(*) Le Pontin : l’espace situé en contrebas de St Jacques d’Atticieux s’appelle « les Pontins ». Un petit pont en pierres permet de passer de l’Ardèche à la Loire en franchissant « le Pontin ».