On pense à rouet, roue… Difficile d’imaginer que le Tacon, ruisseau minuscule aussi bien par son débit que par sa longueur, ait été un jour équipé d’une roue à aubes. Dans L’Echo de St Julien de l’été 1907, l’abbé Peillon écrit : « la noblesse des seigneurs de la Condamine n’est pas équivoque ; elle est une des plus anciennes de la province du Forez, constatée par les titres les plus authentiques et les mieux suivis… Le premier que l’on trouve pour composer une généalogie est Pierre de Harenc… Petrus Arenki alias de Rota… vivait en 1350… Le dit Pierre de Harenc est surnommé de la Roüe, surnom qu’il prit au moyen de l’acquisition faite du château et seigneurie de la Roüe, situé dans la paroisse de St Sauveur ». Par mariages et acquisitions, sa descendance s’établit à St Julien et l’on est en droit de supposer (mais cela reste à prouver !) qu’il y a lien entre ces seigneurs de la Condamine, grands propriétaires fonciers, et le hameau de Roué, situé pas très loin.